Déclaration du docteur Natalia Kanem à propos de la Fistule

La Déclaration du Docteur Natalia Kanem, Directrice Exécutive de Fonds des Nations Unies pour la Population à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale, le 23 mai 2019, a été lue par Docteur Edwige Adekambi Domingo, Représentante Résidente de l’UNFP au Tchad.

« La fistule est une violation des droits humains – éliminons la maintenant! »

La honte, l’isolement et la ségrégation font partie des comportements indignes auxquels sont confrontées des centaines de milliers de femmes et de filles dans le monde qui souffrent de la fistule obstétricale, une blessure du canal génital après un travail prolongé et systolique.

Les filles et les femmes touchées par la maladie, qui est évitable et en grande partie traitable, souffrent souvent d’incontinence chronique.

En conséquence, elles sont confrontées à une stigmatisation sociale dévastatrice.

La majorité des femmes et des filles atteintes de fistule sont pauvres. Leur incapacité à recevoir un traitement médical rapide les prive non seulement de leur santé et de leur dignité, mais constitue également une violation de leurs droits fondamentaux.

L’UNFPA dirige la Campagne pour éliminer la fistule.

Depuis 2003, l’UNFP a financé plus de 100 000 opérations de réparation de la fistule et les partenaires de la campagne en ont aidé des milliers d’autres, permettant aux femmes et aux filles de plus de 55 pays d’Afrique, d’Asie, des pays arabes et d’Amérique latine de retrouver espoir et de reconstruire leur vie.

Une survivante, Nasiwelo Bisolomo, a perdu son bébé à l’âge de 18 ans après un travail prolongé et systolique à la maison. Elle a souffert de la fistule pendant les 46 années consécutives à cet accouchement.

Elle avait presque perdu tout espoir lorsqu’elle avait entendu parler d’un camp de traitement de la fistule soutenu par l’UNFP.

Elle a parcouru 300 km pour subir une opération qui l’a guérie et a transformé sa vie. Maintenant, elle aide à faire passer le message que le traitement de la fistule est disponible.

Il est temps que le monde entier prenne en compte l’appel lancé par les États membres de l’ONU dans la résolution 2018 des Nations Unies sur l’élimination de la fistule dans laquelle ils s’engagent à éradiquer la maladie en une décennie.

Toutefois, atteindre cet objectif nécessité des investissements, des innovations et des partenariats accrus.

Si nous ne prenons aucune mesure, nous ne pourrons pas réaliser les objectifs de développement durable, respecter les engagements de la conférence internationale sur la population et le développement et veiller à ce que personne ne soit laissée pour compte.

Aucune femme ou fille ne devrait être privée de sa dignité, de ses espoirs et de ses rêves.

La fistule est une violation des droits humains, éliminons la maintenant !

2019-05-22T13:04:58+00:00