Commémoration de la journée mondiale de lutte contre le Paludisme

Le Tchad, à l’instar des autres pays de la planète, commémore le 25 avril 2019 la journée mondiale de lutte contre le paludisme.

Cette Journée est placée sous le thème: « Zéro Palu, je m’engage ».

Les manifestations marquant cette journée, ont eu lieu le jeudi 25 avril 2019 sous la présidence du Ministre d’État, Ministre Secrétaire Général à la Présidence de la République KALZEUBE PAHIMI DEUBET, représentant le Chef de l’État.

La journée mondiale de lutte contre le paludisme, instituée par l’Assemblée Mondiale de la Santé en 2007, sert à renforcer le plaidoyer et la mobilisation sociale autour des stratégies de lutte contre le paludisme.

Le paludisme constitue plus de 27% des motifs de consultation dans les formations sanitaires et autours de 17% des décès qui surviennent dans les hôpitaux et centres de santé.

Selon l’organisation mondiale de la santé, dans son rapport de 2018 consacré à ce fléau, les données concernant la période 2015-2017 ne révèlent aucun progrès significatif vers une diminution du nombre de cas de paludisme dans le monde.

En 2019, au Tchad et dans beaucoup de pays africains, la situation du paludisme reste préoccupante.

Pourtant les moyens pour y faire face sont disponibles et particulièrement efficaces, mais y accéder reste problématique pour les populations les plus vulnérables, surtout pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans qui en paient toujours le plus lourd tribut.

Docteur JEAN BOSCO NDIHOKUBWAYO, représentant de l’organisation mondiale de la santé au Tchad, relate que la région de l’OMS de l’Afrique, dont fait partie le Tchad, supporte une part disproportionnée de la charge du paludisme.

En 2016, 90% des cas de paludisme et 91% des décès dus à cette maladie sont survenus dans cette région.

Il a félicité le Gouvernement tchadien pour les efforts importants qui ont permis d’avoir sur l’ensemble du territoire une bonne couverture des formations sanitaires , la disponibilité des moyens de diagnostic du paludisme et la gratuité des antipaludéens pour le traitement du paludisme simple et sévère.

Le Ministre de la Santé Publique, AZIZ MAHAMAT SALEH, a relevé qu’en 2018 les formations sanitaires ont enregistré entre trois et quatre décès d’enfants de moins de 5ans par jour, à cause du paludisme, alors que 12% des femmes enceintes ont perdu la vie suite à cette maladie. Malgré cela , les efforts dans le domaine de la prise en charge dont louables puisque 95% des cas de paludisme simple suspectés ont fait l’objet d’un test de confirmation biologique.

En matière de prévention il se dit satisfait car le nombre de femmes enceintes qui reçoivent les comprimés de médicaments a titre préventif est en hausse , tout comme celui des enfants de 0 a 59 mois qui, durant la période de haute transmission de cette maladie, bénéficient de la chimio-prevention du paludisme saisonnier.

Cependant, nous devons redoubler d’efforts afin n de limiter le phénomène de la rupture des intrants et lutter contre la vente illicite des produits pharmaceutiques destinés à la prise en charge du paludisme comme décidé par les assises nationales sur la problématique des médicaments de qualité au Tchad tenues du 26 au 18 avril 2019 a conclu le chef du département de la santé Publique.

Le Ministre d’État, Ministre Secrétaire Général à la Présidence KALZEUBE PAHIMI DUBET, Représentant le Chef de l’État a déclaré que l’année 2019 doit marqué la rupture et donner le ton de l’offensive décisive contre le paludisme qui n’est guère qu’une fatalité.

Il est indéniable que le paludisme peut être vaincu a condition que l’accent, l’engagement et la prise de conscience des populations deviennent le paradigme nouveau que tous doivent approprier.

Nous devons nous inscrire dans le sillage de l’élan nouveau que le système des Nations Unies veut imprimer à la lutte.

L’engagement a adopté des nouvelles stratégies de lutte afin que l’objectif zéro paludisme soit atteint d’ici 2030 doit s’imposer à toute l’échelle de la communauté internationale.

Chacun de nous doit s’engager à sauver nos populations face à la menace mortelle du paludisme, car il est admissible qu’une maladie aussi évitable et guérissable que celle-ci continue à être une aptise permanent a t il martelé.

Dans le cadre de cette journée, il est important de mettre un accent particulier sur la sensibilisation des populations. Vu à cet égard, encouragé les femmes enceintes à fréquenter les services de consultations prénatales dés le troisième mois de la grossesse afin de bénéficier gratuitement des médicaments contre le paludisme et le moustiquaire imprégnée.

Rédaction

Nadji Ndoumanbé Kaldor

Attaché de Presse et de Relations Publiques MSP

2019-04-28T05:19:05+00:00