L’ Agence Française de Développement (A F D) finance deux projets dans le secteur de la santé

La cérémonie du lancement de ces deux projets s’est déroulée ce 18 mars 2019.

Il s’agit du projet d’appui aux soins de santé de base dans les provinces du Ouaddaï et du Moyen Chari et du projet de l’autonomisation sociale des femmes tchadiennes par l’accès aux services de santé.

Améliorer l’accès des populations a des soins de santé de base de qualité, en améliorant la disponibilité et l’utilisation des services de santé maternelle, néonatale , infantile et des adolescents ( S M N I A ), de santé sexuelle et reproductive ( S S R ) et de la planification familiale ( P F ) dans les régions transfrontalières du Ouaddaï et Moyen Chari tels sont les objectifs de ce projet.

Ce projet permettra à 125 247 femmes et 12 000 enfants de moins de 5 ans de bénéficier d’une offre de soins améliorer et sensible au genre.

70 000 personnes dont 64 leaders communautaires bénéficieront des actions communautaires. Un projet de 36 mois. Le montant est quatre millions d’euros.

Le second projet porte sur l’ autonomisation sociale des femmes tchadiennes par l’accès aux services de santé.

Au Tchad nombreux sont les défis en terme de santé reproductive, maternelle, infantile, adolescente , de planning familial et de violence basée sur le genre .

Malgré les améliorations minimes réalisées par le Tchad en terme de couverture sanitaire et de prestations, les indicateurs de santé restent toujours bas.

Les résultats des dernières enquêtes EDS- MICS ( 2014 – 2015 ) et l’enquête sur la disponibilité des services et de l’operationnalité des structures -SARA montre que les taux de mortalité maternelle et infantile sont les plus élevés dans l sous région, à savoir 860 pour 100 000 naissante vivantes pour la mortalité maternelle et 72 pour 1000 naissances vivantes pour la mortalité infantile.

En outre les jeunes et les adolescents qui sont pourtant très touchés par ces problématiques, restent les grands absents dans la fréquentation des structures de santé primaire.

Pour répondre à ces difficultés, les ONG CARE International, le bureau d’appui santé et environnement ( BASE ) et le Groupe U R D ont élaboré le projet P A S F A S S , avec le support de l’ Agence Française de Développement.

Ce projet visera en priorité les provinces du Mandoul et du Logone Oriental et aura une durée de 3 ans.

Le montant de ce projet est cinq millions d’euro et vise à toucher 548 000 femmes dans les provinces du Mandoul et du Logone Oriental.

Rédaction

Nadji Ndoumanbe Kaldor

Attaché de Presse et de Relations Publiques. MSP

2019-03-21T14:27:12+00:00