Politique National de Santé 2018-2030 – Chapitre II – Vision, valeurs, principes directeurs et aspirations nationales à l’horizon 2019-02-20T20:36:01+00:00

Project Description

Chapitre 2 – Vision, valeurs, principes directeurs et aspirations nationales à l’horizon

1-VISION

La Politique Nationale de Santé s’inscrit dans la vision globale du Tchad à l’Horizon 2030, et
est en rapport avec les Objectifs du Développement Durable.
La vision de la Politique Nationale de Santé est que d’ici 2030, le système de santé du Tchad
soit un système intégré, performant et résilient, centré sur la personne. Il sera accès en
particulier sur les groupes vulnérables, pour permettre à tous un accès équitable aux soins
globaux de qualité, dans le cadre de la couverture sanitaire universelle mise en œuvre par le
Gouvernement avec l’appui des partenaires et l’adhésion des populations.
Cette vision consacre l’adhésion du Gouvernement au processus de réforme du secteur de la
santé et son engagement en faveur de la mobilisation des ressources au bénéfice de ce secteur.

2- VALEURS ET PRINCIPES DIRECTEURS

La vision du développement sanitaire du Tchad à l’horizon 2030 est soutenue par des valeurs
et des principes directeurs.

i. Valeurs

Les valeurs qui sous-tendent la politique nationale de santé sont les droits de l’homme en
particulier les droits humains dont le droit à la santé, la solidarité nationale entre citoyens,
l’équité dans l’accès aux soins, l’éthique dans les pratiques professionnelles, la prise en
compte de l’approche genre, l’intégration et la continuité des activités de soins, la
décentralisation du système, la justice sociale et la transparence (redevabilité).

ii. Principes directeurs

  • Leadership : le Ministère de la Santé Publique doit s’affirmer à tous les niveaux du système et dans toutes les actions à mener dans le secteur de la santé.
  • Gouvernance: la redevabilité et la transparence doivent apparaître dans la mise en œuvre des activités quotidiennes à tous les niveaux du système de santé.
  • Décentralisation et déconcentration : la décentralisation et la déconcentration se feront de manière progressive en fonction des ressources disponibles et en s’adaptant à la politique de décentralisation du Gouvernement. Les acquis dans le domaine de la santé seront préservés et voire renforcés.
  • Intégration et continuité des activités de soins : il est clair que l’intégration et la continuité des soins seront renforcées à tous les niveaux du système.
  • Respect des engagements internationaux : il s’agira de faire l’état des lieux des principaux engagements en matière de santé afin de les traduire dans les faits.
  • Mise en place de la Couverture Sanitaire Universelle : elle se fera de manière progressive. La finalité est de supprimer les barrières qui entravent l’accès aux services à tous et en particulier aux personnes pauvres et vulnérables. Parallèlement, la disponibilité et la qualité de l’offre des services seront renforcées.
  • Soins de Santé Primaires : le système de santé sera organisé selon les principes des soins de santé primaires (SSP) tels que proclamés par la Déclaration d’Al-mata (1978), l’initiative de Bamako (1987) et la Déclaration de Ouagadougou sur les SSP en Afrique (1988).

3- ASPIRATIONS NATIONALES À L’HORIZON 2030

Les aspirations nationales sont principalement en rapport avec la réduction de la morbidité et de la mortalité liées aux problèmes prioritaires de santé de la population en général et plus particulièrement ceux de la santé de la mère et de l’enfant, le renforcement des interventions contre les principales maladies en poursuivant la mise en place des programmes, l’amélioration de l’accès et de la disponibilité des services de santé de qualité.

Un accent doit être mis sur l’élimination de l’épidémie du VIH, la réduction de la tuberculose, la maîtrise du paludisme et des autres maladies prioritaires (maladies épidémiques, maladies à élimination et éradication, maladies émergentes, maladies non transmissibles, la malnutrition) dont la tendance actuelle doit commencer à s’inverser.

Le MSP doit également développer et mettre en œuvre les stratégies nationales pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale dans toutes ses composantes à savoir : Soins Obstétricaux et Néonatals d’Urgence de Base et Complets (SONUB/SONUC), les
mutilations génitales féminines (MGF) et le Planning familial (PF) sont des volets à
améliorer.

Il en est de même pour la santé environnementale.

Le MSP doit assurer la continuité des soins et renforcer l’intégration des soins. Le PMA et le PCA sont souvent incomplets et non adaptés au contexte actuel et doivent être revisités et réadaptés. Il doit également assurer une meilleure disponibilité et une utilisation rationnelle des médicaments, vaccins et réactifs sûrs, efficaces, de bonne qualité et à un coût abordable pour les populations, ainsi que la disponibilité des ressources humaines en quantité et en qualité à tous les niveaux du système et leur fidélisation sur le terrain. Le circuit des médicaments et autres intrants doit également être renforcé et sécurisé.

L’organisation des services et la coordination de la gestion du système national de santé y compris les secteurs privé lucratif et traditionnel, doivent être renforcées. Une attention particulière doit être accordée à la prévention et au contrôle des maladies à potentiel
épidémique.

La gouvernance dans la gestion du système doit être renforcée à tous les niveaux du système et un accent doit également être mis sur l’obligation de rendre compte.

Il reste un long chemin à faire pour la concrétisation de ces aspirations car la couverture sanitaire du territoire national n’est pas encore complète. Pour cela, la mise en œuvre progressive de la stratégie nationale de la couverture sanitaire universelle doit permettre d’améliorer l’accessibilité de tous aux services de qualité.