Politique National de Santé 2018-2030 – Introduction 2019-02-20T20:23:08+00:00

Project Description

Introduction

Le Tchad, à l’instar des autres pays de la sous-région, est confronté à une situation sanitaire
caractérisée par une morbidité et une mortalité élevées dues aux épidémies (méningite,
rougeole, choléra, etc.), aux autres maladies transmissibles et non transmissibles ainsi qu’aux
affections maternelles.

Ce lourd fardeau, endeuille chaque année des familles tchadiennes et
entraîne de graves conséquences particulièrement sur la santé des populations pauvres et
vulnérables, notamment celle de la mère et de l’enfant.

Pour relever ces défis, le Gouvernement a déployé d’énormes efforts en termes de constructions d’infrastructures sanitaires, d’équipements biomédicaux, de moyens logistiques, de formation, de mobilisation du personnel qualifié, de financement des services, de gratuité des soins, de création de nouveaux programmes de santé, etc. Ces efforts ont été fournis en vue de renforcer efficacement le système de santé et d’inverser la tendance de la mortalité et de la morbidité dans le pays.

Toutes ces actions sont soutenues et suivies par les plus hautes autorités du pays au travers des réunions mensuelles de haut niveau pour suivre les progrès réalisés et, le cas échéant, corriger des dysfonctionnements constatés à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

Tous ces efforts ont permis d’améliorer progressivement les indicateurs de la santé et de rendre le système de santé de plus en plus performant. Selon les résultats de l’enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDS-MICS) de 2014-2015, le taux de mortalité maternelle est passé de 1099 décès pour 100 000 naissances vivantes (NV) en 2004 à 860 décès pour 100 000 NV en 2014, le taux de mortalité infantile est passé de 102 pour 1000 NV en 2004 à 72 décès pour 1000 NV en 2014, le taux de mortalité infanto juvénile est passé de 191 décès pour 1000 NV en 2004 à 133 décès pour 1000 NV en 2014. Le taux d’accouchement assisté est passé de 21 % en 2004 à 34 % en 2014.

En outre, de 2012 à 2015, le pays n’a plus enregistré des épidémies majeures de méningite, de choléra et de rougeole. La transmission de la poliomyélite est également interrompue depuis 2012.

En dépit des progrès appréciables observés, le chemin demeure encore long pour doter le Tchad d’un système de santé performant et résilient. Cela a été corroboré par la première revue du secteur de la santé effectuée en juin 2015 à Sarh dans le Moyen Chari, qui a recommandé le renforcement de l’organisation des services, de la coordination des activités sanitaires à tous les niveaux du système de santé et du partenariat.

La Politique Nationale de Santé s’inscrit en droite ligne de la vision du Tchad à l’horizon 2030 et des Objectifs du Développement Durable.

La mise en œuvre de cette PNS se fera à travers des plans nationaux nationaux et régionaux de développement sanitaire et devra permettre au Tchad de disposer d’ici 2030, d’un système de santé performant et resilient, qui permette la prise en charge optimale de tous les besoins de santé des populations vivant sur le territoire, en particulier les plus pauvres et vulnérables.

La prise en charge des problèmes spécifiques des populations nomades, insulaires et celles des zones d’accès difficile devra être assurée correctement.

L’accès aux services de soins curatifs, préventifs et promotionnels de qualité sera accru et équitable pour toutes les populations. Un mécanisme de couverture du risque financier lié à la maladie sera développé et fonctionnel sur toute l’étendue du territoire national assurant un accès universel aux soins de santé adéquat et de qualité.

L’approche communautaire sera privilégiée et renforcée afin de faciliter l’accès aux soins de base aux communautés rurales, en étroite relation avec l’esprit de la stratégie nationale de santé communautaire. Enfin pour renforcer le Paquet Minimum d’Activités (PMA) dans les centres de santé (CS), un laboratoire de premier niveau sera intégré aux autres activités.

Enfin, il faut rappeler que cette PNS, à l’instar de la précédente, tire sa légitimité de la Constitution de la République du Tchad qui stipule en son article 17 que « la personne est sacrée. Tout individu a le droit à la vie, … ». Au regard de cette Constitution, le Gouvernement a réaffirmé dans son programme politique d’action, la priorité du secteur de la santé en retenant le Ministère de la Santé Publique parmi les Ministères prioritaires.

Le présent document comporte cinq principales parties suivantes :
o L’analyse de la situation et les priorités ;
o Vision, valeurs, principes directeurs et aspirations nationalesà l’Horizon 2030 ;
o Objectifs à l’Horizon 2030 ;
o Orientations stratégiques ;
o Cadre de mise en œuvre de la PNS.